Présentation de la problématique de recherche en Humanités Numériques autour de la modélisation des ports de Brest (France) et de Mar del Plata (Argentine) en tant que macro systèmes technologiques complexes.

Communication au « Forum des doctorants » des Ecoles Doctorales, Brest le 16 avril 2014.

Communication à la journée d’étude de l’Institut Des Amériques (IDA), Nantes, 20 mai 2014.

La thèse s’intitule « Modélisation des ports de Brest (France) et de Mar del Plata (Argentine) en tant que macro systèmes technologiques complexes. Application à la modélisation des connaissances pour le web sémantique pour l’histoire des sciences et des techniques ». Elle est dirigée en France par Serge Garlatti et Sylvain Laubé du Centre François Viète et depuis l’Argentine par la professeure Susana Soraya Gonzalez de l’Université Nationale de Mar del Plata.

 

I – Humanités numériques.

Aujourd’hui le numérique à une grande influence sur les recherches scientifiques et les Humanités numériques concernent l’utilisation de celui-ci en sciences sociales. Cette utilisation vise deux objectifs. Le premier est d’ouvrir de nouveaux espaces de recherche et d’influencer les recherches en sciences sociales. Le second est de participer aux innovations technologiques et de produire des biens et des services.

L’outil utilisé est le Web sémantique. L’historien des sciences et techniques est amené à utiliser des données numériques sur Internet (article, communication,…), ou des données plus traditionnelles provenant d’archives comme des manuscrits, des lettres, des rapports, des livres, des photographies, des documents multimédia comme des interviews des émissions de radio, des conférences… Pour qualifier ces objets on utilise des métadonnées qui rassemblent des informations concernant des personnes, des lieux, des objets techniques et leurs évolution géographique, temporelle ou technologique. Devant la quantité considérable de données, le Web sémantique propose de nouveaux outils permettant l’exploration et la réutilisation des connaissances1.

Le Web sémantique ou Web de données, propose d’indexer des pages Web à l’aide du procédé RDF (Resource Description Framework) ; n’importe quelle donnée du Web peut être décrite à l’aide d’un triplet. Exemple : si une photographie qui représente la grue électrique Titan, ayant participé à la construction du port de Mar del Plata, était une page web, cette photographie pourrait être indexée par le triplet suivant : « La photographie représente une grue Titan ». «La photographie  » est le sujet, « représente » est le prédicat, « la grue Titan » est l’objet. Une ontologie permet de catégoriser les sujets, les prédicats et les objets et de construire une architecture de relations entre une multitude de sujets et d’objets. Afin que les données soient réutilisables, il faut définir un vocabulaire commun et que celui-ci soit partagé par une communauté de pratique. Le Web sémantique permet de gérer de grandes quantités de données pour permettre par la suite des réutilisations ; une des utilisations du Web sémantique est la création d’une bibliothèque numérique.

Afin de créer une ontologie, et donc d’organiser des connaissances suivant la base  » sujet, prédicat, objet », il va falloir dans un premier temps modéliser ces connaissances et leurs évolutions spatio-temporelles.

 

II – Le port comme marco-système technique (LTS), un modèle pour le web sémantique.

 

Le Centre François Viète, a développé dans le programme de recherche «Histoire des sciences et des technologies de la mer », une approche méthodologique considérant le port comme un macrosystème technologique complexe. Il s’agit donc dans une approche systémique de modéliser le port afin de pouvoir organiser les connaissances issues de celui-ci . C’est donc l’usage du Web sémantique qui nécessite une modélisation de l’objet d’étude. M. Sylvain Laubé a déjà développpé un modèle pour l’histoire des sciences et des techniques du port-arsenal de Brest du 17ème siècle à l’époque contemporaine2.

Ma thèse se situe dans la continuité de son travail ; elle s’articule en deux questionnements à mener en parallèle dans un mode comparatiste concernant deux ports à partir de la deuxième moitié du 19ème siècle jusqu’aux années 1950 : Brest (incluant le développement du port de commerce) et le port argentin Mar del Plata, dans le cadre d’une collaboration avec le GESMar (Grupo de Estudios Sociales Marítimos) de l’Université Nationale de Mar del Plata (UNMdP). Le GESMar est un groupe de chercheurs argentins dirigé par le Docteur José Mateo, travaillant dans le champ des sciences sociales, et plus particulièrement dans les problématiques portuaires et maritimes.

 Selon Gonzalo Yurkievich de l’UNMdP , un port est un nœud au sein d’un réseau de transport et d’échanges maritimes, nœud dans le sens où il est un point de contact entre la terre et l’eau, entre les voies de circulations terrestres et maritimes, entre les groupes sociaux et entre les cultures. Il pense que les ports sont d’une part des lieux clés dans les échanges de marchandises et d’autres parts des lieux d’échanges entre les cultures et les personnes 3. Il peut être aussi considéré selon M. Laubé, comme un LTS multi échelle avec des communautés de pratiques associées à chaque niveau.

  À grande échelle, le port est un espace géographique avec une limite constituée d’éléments propres. Le port de Mar del Plata est constitué de quatre zones portuaires.À moyenne échelle le port est un complexe technique constitué de différents systèmes techniques comme de la construction navale, de la réparation navale, des usines de transformation. À petite échelle, le port est constitué de petits systèmes techniques comme des quais, des bassins, des grues, des entrepôts, des voies de chemin de fer, des bateaux de service et tous les navires qui viennent utiliser les installations du port.

  Un port est caractérisée par des entrées et des sorties pour chaque niveau. Le port de Mar del Plata, inauguré en 1924, a été pensé dans l’objectif d’exporter vers l’Europe des produits agroalimentaires4.

  Enfin, il faut penser aussi aux flux d’informations, de matières, d’argent pour chaque niveau. Le port de Mar del Plata a été construit par des ingénieurs français de la Société Nationale de Travaux Publics de Paris. Cette société a construit de par le monde de très nombreux ports comme celui du Havre, de Dunkerque, de Bilbao, de Montevideo. C’est avec toutes ces connaissances acquises sur ces différents projets, que les ingénieurs français ont réalisé la construction du port de Mar del Plata. Il faut penser à un cycle d’évolution pour chaque niveau dans l’espace et le temps.


III – Construction d’une ontologie du modèle LTS.

Il faut créer un modèle de classes et de sous-classes et un système de représentation des activités dans ce système de classes. Si on reprend l’hypothèse à trois niveaux, grande, moyenne et petite échelle, il faut quatre classes pour les décrire. Une classe t pour le « temps », une classe prenant en compte le lieu, une classe ST pour « le système technique » composé de petits systèmes techniques et enfin une classe GS pour « groupes sociaux » ou des communautés de pratiques. Ces groupes sociaux peuvent être multiples : groupes des ingénieurs, groupes de techniciens, groupes des employés du port. D’après M. Sylvain Laubé, c’est le couple « Système Technique, Groupes Sociaux » qui permet d’assurer les activités attendues pour chaque niveau. Un exemple de couple (ST, GS) serait l’employé du port et la grue qu’il utilise pour décharger les bateaux. Ce couple se traduit par des gestes professionnels (savoir faire tourner la grue sur son axe), des savoir faire (savoir comment décharger un bateau selon des procédures établies) et des savoir-faire de références techniques et scientifiques. Ces activités sont inscrites dans une temporalité (une date, une durée, une période, etc…) et un lieu ( un espace, une position géographique, un bâtiment, etc…)

 Afin de pouvoir modéliser le cycle de vie d’un petit système technique, on propose de l’étudier en trois phases : une phase d’amorçage, une phase d’utilisation et une phase terminale. La phase d’amorçage commence par l’émergence d’un besoin. Celui-ci va générer plusieurs solutions pour le satisfaire. Ensuite vient le choix d’une solution qui va permettre la fabrication du petit système technique. La phase d’utilisation de celui-ci commence avec son usage, puis de son entretien. Parfois, il est nécessaire de faire quelques réparations. Au bout d’un certain temps, de nouvelles contraintes émergent comme de nouveaux besoins, ou un changement de contexte technologique ou scientifique comme l’apparition d’une nouvelle source d’énergie ou encore un changement de contexte politique et économique. Tout ceci entraîne une adaptation du système technique. Les adaptations peuvent être nombreuses sans jamais le mettre en péril.

 Cependant, certains petits systèmes techniques, malgré les nombreuses évolutions et adaptations, ne sont plus utilisables. Ils entrent dans une phase d’obsolescence puis souvent de destruction partielle, voire totale.

 A partir d’une ontologie générique, il est possible, à l’aide de logiciels adaptés, de créer un modèle du port pour le web sémantique. Ce modèle sera testé sur les ports de Brest et de Mar del Plata.

 

IV-Conclusion

 

Parmi les différents descripteurs pour les ports de Brest et de Mar de Plata, les quais, les formes, les entrepôts et les grues ont retenu mon attention. Il s’agit donc créer un corpus de référence concernant ces objets techniques. Pour le port de Brest, la constitution de ce corpus est déjà lancé ; pour le port de Mar del Plata, un voyage d’études sur place est prévu au mois d’août prochain afin de faire l’inventaire des sources. 

Bruno Rohou (16/04/2014)

2 Voir Laubé S., « Les grues de l’arsenal en tant que marqueurs de l’évolution scientifique et technologique du port arsenal de Brest », Le port : nouveaux problèmes pour l’histoire des sciences et techniques, J.L. Kerouanton & S. Laubé ed., à paraître 2014, Hermann, Paris

Voir aussi Laubé S., « Culture matérielle du port arsenal de Brest au XVIIIème siècle : approche systémique », Le port : nouveaux problèmes pour l’histoire des sciences et techniques, J.L. Kerouanton & S. Laubé ed., à paraître 2014, Hermann, Paris

3Hablemos de Puertos. La problemática portuaria desde las ciencias sociales – 1ª ed. – Mar del Plata : GESMar-UNMdP,2009. Pages 73-88. « Actualidad del sistema portuario nacional en el marco de los nuevos paradigmas portuarios de la globalización » par Gonzalo Yurkievich.

4Hablemos de Puertos. La problemática portuaria desde las ciencias sociales – 1ª ed. – Mar del Plata : GESMar-UNMdP,2009. Pages 157-161. « Puertas a la pampa: El Estado y la creación de puertos en la provincia de Buenos Aires » par Susana S. Gonzales.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *