Le port de Brest

Le port de la ville de Brest se situe dans le département du Finistère, à l’extrémité ouest de la France. C’est le grand port militaire français de la façade atlantique. Il occupe une position privilégiée au fond d’une rade.

Situation géographique du port de Brest
Situation géographique du port de Brest (source google map)
Brest et la rade
Brest et sa rade (source google map)

 

Jusqu’au milieu du XIXe siècle, le port militaire et le port de commerce cohabitent sur les rives de la Penfeld. A partir de 1860, les autorités construisent un port de commerce sur le site de Porstrein. Il est ouvert au commerce le 2 octobre 1865.

La Penfeld devient alors une zone exclusivement militaire.

La “Penfeld” et le port de commerce construit sur le site de Porstrein. (source google map)
La “Penfeld” et le port de commerce construit sur le site de Porstrein. (source google map)
Le port de commerce sur le site de Porstrein
Le port de commerce sur le site de Porstrein (source google map)

 

Brest – Mar del Plata

Je suis inscrit en doctorat à l’Université de Bretagne Occidentale et à Telecom Bretagne. Je fais partie du groupe de travail semantic HPST (http://semhpst.hypotheses.org/ ).

Je débute mon travail de thèse de doctorat en histoire des sciences et des techniques et en humanités numériques. J’étudie la modélisation des ports de Brest (France) et de Mar del Plata (Argentine) en tant que macro systèmes technologiques complexes. Les connaissances issues de ces recherches seront modélisées pour le web sémantique pour l’histoire des sciences et des techniques.

Ce carnet rendra compte de mes recherches sur l’histoire des sciences et des techniques de ces deux ports ainsi que de la modélisation des connaissances pour le web sémantique.

« Les ports : caractéristiques, définitions, mutations » de Gonzalo Yurkievich

Dans la revue du GESmar intitulé « hablemos de puertos », un article m’a particulièrement intéressé : “Los puertos. Definiciones, caracteristicas, mutaciones.” de Gonzalo Yurkievich, licencié en géographie, doctorant au CONICET, membre du GESmar.

Je vous livre mon analyse de ce texte.

             En général, on défini un port comme un ensemble de constructions, d’installations et de services situés dans un espace géographique où les eaux sont calmes afin de permettre le mouillage des bateaux en toute sécurité. Cela permet ainsi de réaliser des opérations de chargements et déchargements des navires, le stockage des marchandises et le transit des voyageurs.

             On peut aussi définir un port comme un espace, abrité des vents violents et des vagues, construit sur les rives d’un océan, d’un fleuve ou d’un lac afin de permettre l’ancrage des bateaux.

             Gonzalo Yurkievich considère que le port n’est pas seulement un élément fixe dans un espace. Il affirme que les ports sont d’une part des lieux clés dans les échanges de marchandises et d’autres parts des lieux d’échanges entre les cultures et les personnes. Les ports sont bien des noeuds où se croisent les routes commerciales, des zones de rencontres des idées, des valeurs et des technologies de divers horizons ; des noeuds dans le sens où ils sont des points de contact entre la terre et l’eau, entre les voies de circulations terrestres et maritimes, entre les groupes sociaux et entre les cultures.

             Gonzalo Yurkievich, considère le port comme “una compleja estructura técnico social localizada que abarca tres niveles interrelacionados”, c’est à dire, une structure technique, sociale et localisée qui contient trois structures en relations les unes avec les autres.

– un niveau “espacial”, équivalent à  l’ensemble des éléments matériels ou naturels parfaitement localisé.

– un niveau “funcional” équivalent à l’ensemble des activités qui se déroulent dans cet espace. L’activité s’exprime par un ensemble de flux de matière et d’énergie.

-un niveau “social” constituant l’ensemble des relations entre les groupes sociaux, qu’elles soient économiques, politiques, culturelles…

             Il me semble que le modèle dessiné par Gonzalo Yurkievich présente des similitudes au modèle du Large Technical System en y ajoutant un niveau supplémentaire propre à l’histoire des sciences et techniques : le temps.

Source :  » Actualidad del sistema portuario nacional en el marco de los nuevos paradigmas portuarios de la globalizacion » de Gonzalo Yurkievich (p74 – p 75), Revue « Hablemos Puertos » publié par le GESmar, le 23 septembre 2009.

ISSN 2495-9243