Les ingenieurs francais dans la construction des ports argentins au debut du XXeme siecle.

Communication lors du III colloque francophone sur l’Histoire de la construction, Nantes le 22 juin 2017.


Bruno Rohou – Centre F. Viète (UBO – Francia)
Miguel De Marco – Instituto de Estudios Historicos, Economicos, Sociales e Internacionales (IH-IDEHESI Nodo Rosario/CONICET)
Gustavo Chalier – Archivo Historico Municipal de Punta Alta / Departamento de Humanidades, Universidad Nacional
del Sur.

Résumé :

A la fin du XIXème siècle et au début du XXème, l’Argentine a lancé un processus de modernisation de ses infrastructures portuaires. Trois de ses principaux ouvrages ont été concédés à des entreprises et des ingénieurs français, en tenant compte lors des adjudications du prestige de la technologie française de l’époque et de la formation et l’expérience de ses équipes dans ce type de construction.

  • La construction du port moderne de Rosario a été concédée à deux maisons françaises, « Hersent & fils » et « Schneider et Cie », réunies dans la « Société du Port de Rosario ». Les premiers quais, inaugurés en 1905, sont restés sous le contrôle de la Société jusqu’en 1942.
  • Le port d’Arroyo Pareja, situé à Puerto Belgrano, près de Bahia Blanca, développé par une entreprise française à partir de 1912 est mis en service en 1918. Ses plans ont été dessinés par Abel Julien Pagnard, par ailleurs ancien employé de la maison « Hersent et Fils » lors de la construction du port de Rosario. De par son rôle d’ingénieur conseil, il a été en contact avec de nombreux ingénieurs issus comme lui de l’École Centrale des Arts et Manufactures.
  • Enfin, le port de Mar del Plata, situé sur la côte atlantique de l’Argentine a été construit également par une entreprise française, la Société Nationale des Travaux Publics, de Paris, à partir de 1909. Les travaux sont conduits par des ingénieurs issus à la fois de l’École Centrale des Arts et Manufactures et de l’École des Ponts et Chaussées.

L’apport principal de cet article sera d’une part d’analyser pour la première fois de manière conjointe, la trajectoire professionnelle de quelques ingénieurs français qui ont conduit la construction des ports de Rosario, Mar del Plata et Arroyo Pareja et d’autre part d’évaluer leur rôle d’acteurs dans l’application des savoirs acquis et leur relation avec les réalités locales.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *